Il y a longtemps que j’avais en tête d’écrire un article sur toutes ces petites choses qui ont changé dans ma vie depuis l’arrivée de mon garçon. La tempête, l’ouragan, un vrai cataclysme d’à peine 3 kilos 8 (!) et pourtant, depuis qu’il est là, rien n’est plus pareil.

Et maintenant que je me lance enfin, je me demande par où commencer. Le manque de sommeil, l’inquiétude constante, la dépendance de ce petit morceau de nous, tout cela, je m’y attendais, je ne dis pas que j’y étais préparé, mais c’est le lot de chaque parent débutant. On en entend suffisamment parler pour se faire une idée: Ces doux réveils nocturnes bercés par le biberon de 1h, puis celui de 4h et celui de 6h…quand son propre réveil sonne à 7h pour une journée qui en dure 8 ou 9, les hurlements stridents lorsqu’on le change, les petits vomi dans le cou, les couches explosives, toutes ces petites joies des parents débutants, on sait que ça finira par passer et on finit toujours par oublier.

jeune papa

Mais ce qui, pour moi, a vraiment été difficile c’est la gestion du temps. Vivre à une échéance maximum de 3 heures, pour le coup, c’était quelque chose que je n’avais pas imaginé jusqu’alors. 3 heures c’est l’espace de survie que j’ai entre deux biberons, celui qui me permet, quand je suis seul avec lui, d’avancer dans mon boulot, écrire quelque articles, retoucher des photos et parfois aller me promener un peu. Un scénario qui, sur le papier, me semblait bien rodé. Mais c’était sans compter les jours où Monsieur préfère bavarder (disons plutôt « piapiater »dans son cas) que de finir son biberon, qu’un petit vomi de dernière minute n’arrive alors qu’il est bien emmitouflé dans son manteau prêt à sortir ( oui, oui, bizarrement c’est toujours à ce moment-là!) ou qu’il se mette à hurler sans raison apparente et ne se calme que lorsque je suis debout avec lui à faire des allers retours à travers la maison. (J’ai testé la position debout et statique, assis et statique mais rien n’y fait!). 3 heures passent donc à la vitesse de l’éclair et une fois que lui et moi sommes enfin prêts, il est déjà temps d’un autre biberon…et tout recommence encore une fois!

jeune papa

Autrement dit, aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir réussi ma journée quand j’ai eu le temps d’aller aux toilettes (et top du top, de prendre une douche!) C’est un peu caricaturé mais il y a du vrai là-dedans quand même! Cette année, j’avais pris la décision de travailler moins pour pouvoir m’occuper davantage du blog et de mes collaborations voyages (l’article est sur ce lien). Et même si j’ai beau être moins présent au travail, je suis astreint à rester plus souvent à la maison et refuser de belles opportunités de contrat pour m’occuper de mon garçon. C’est le paradoxe de cette nouvelle vie de jeune papa. Me donner tout le temps pour faire autre chose et n’avoir jamais été aussi dépendant de toute ma vie!

Car mon temps n’est plus le mien, c’est d’abord le sien et je ne lui en veux absolument pas pour cela, il a besoin de moi autant que j’ai besoin de lui aujourd’hui. Et de plus en plus chaque jour. Ne plus pouvoir avancer à mon rythme est un deuil que j’apprends à faire au quotidien. C’est un long chemin, certains jours sont plus faciles que d’autres mais à mesure que les choses se calent et se construisent, je deviens confiant. Ce petit bonhomme fera pleinement parti de mes projets et même si cette aventure a trois est plus complexe à mettre en place qu’à deux, elle en reste tout aussi riche. A trois mois, nous l’embarquions déjà pour son premier voyage, un premier d’une longue série pour cette petite graine de voyageur!

jeune papajeune papa

Je ne sais pas encore à quoi ressemblera mon quotidien dans deux mois, six mois ou deux ans, mais je l’espère porté par autant de nouveaux projets à trois, à deux et seul. Chacun de ces moments est précieux et aussi important. Son équilibre, le notre, le mien, un jeu de jonglerie constant mais nécessaire pour continuer à vivre au rythme de ses besoins et au gré de nos envies. J’apprends tous les jours et j’espère aussi m’améliorer dans ce nouveau role de jeune papa(-accessoirement blogueur- quand j’en aurais retrouvé le temps! )

Après tout c’est le propre de chaque parent débutant de trouver cet équilibre, cela prendra le temps qu’il faut, je sais qu’il y aura encore des journées de lassitude et de frustration, mais elles disparaissent bien vite chaque matin au réveil quand il sourit pour la première fois. Ces moments-là valent tout l’or du monde et c’est bien assez suffisant pour moi.

xxx

jeune papa jeune papa jeune papa jeune papa

%d blogueurs aiment cette page :