Brighton Beach

On a tendance à l’oublier mais derrière ses hauts buildings et son électricité ambiante , New York reste avant tout une ville entourée d’eau. L’Hudson à l’ouest, l’East River à l’est et par delà, l’océan, à perte de vue. Et en un peu moins d’une heure de Manhattan, tout au bout de la ligne B du métro, la station Brighton Beach s’ouvre, inattendue, sur les rives de l’Océan Atlantique.

C’est dans le quartier de Little Odessa, aussi surnommé Little Russia, que le métro termine sa course. Presque figée dans le passé,  Little Russia arbore fièrement les couleurs de sa population locale. Les échoppes ont perdu de leur éclat,  un peu comme de vieilles photos, mais le charme du passé, lui n’a pas disparu.

Et lorsque l’on quitte l’artère principale pour faire cap à l’est, l’appel de l’air marin nous transporte. La sable à perte de vue, l’océan infini. Quelques pas sur la promenade en bois suffisent pour se retrouver, aussitôt, plongé dans les sixties. Ton sépia, restaurant d’une autre époque, Brighton Beach, c’est encore un autre New York…

Sur le ponton de bois, assis sur les bancs face à l’océan, les scènes de vie se succèdent et ne se ressemblent pas. Les anciens discutent du bon vieux temps, les plus jeunes se perdent à imaginer un avenir plus doux, ce couple d’amoureux se retrouve chaque samedi sur la promenade en se rappelant leur plus beaux souvenirs alors que le rire des enfants résonnent au loin.

Brighton Beach nous transporte, ailleurs, mais surtout avant, pour un voyage qui ne laisse pas indifférent…

Brighton Beach

IMG_6723

 

%d blogueurs aiment cette page :